Grosses joies
Grosses joies Gaia Éditions
Recueil de nouvelles français
ISBN: 
978-2-84720-429-2
160 pages - 17 €
format 13 x 22
Juin 2014


« Il vous arrive de recevoir des gouttes de pluie, de lever la tête et voir un ciel si pur et si bleu que vous pensez rêver. Pourtant vos cheveux sont mouillés. »

Plongez dans ces nouvelles pour changer légèrement de regard et laisser les contours se déformer, prendre une autre dimension. L’enfant qui frappe à la porte, c’est vous il y a trente ans, et vous vous reconnaissez mutuellement. Un homme part en voyage, laisse une moitié de lui-même sur le parking de l’aéroport, la retrouve à son retour : « Alors, la forme ? » Une femme est si belle qu’il faut cesser de la dévorer du regard, sinon avec des huîtres à la place des yeux, histoire de la préserver un peu.
Un clin d’oeil suffit à déclencher la poésie. Une poésie animale, dans un corps à corps avec la réalité, où le chien n’en finit pas d’être le meilleur ami de l’homme.

La presse et les libraires en parlent: 

Dissonances « Jean Cagnard signe, après son merveilleux roman L'Escalier de Jack, un recueil de nouvelles étonnantes. […] Chaque texte déploie son univers unique de fausse simplicité, de vraie fantaisie, d'absurde drôle et léger mais surtout d'infinie mélancolie. »

Librairie Contact (Angers) «  Excellent.  »

blog Shangols, Librairie Le Haut Quartier (Pezenas) «  Voici douze textes ravissants.  »

Librairie Ptyx, Ixelles (Belgique) « Grosses joies se lit comme une parenthèse. Comme ce qui fait brèche dans le cours des choses, et peut le contaminer.  »

Éclairs « Aucun doute que la forme courte convient parfaitement à l’auteur qui réussit là un remarquable recueil de nouvelles poétiques et décalées. […] C’est une écriture riche, travaillée, remplie de sens et d’humanité. On sort de ce livre formidable où plane l’ombre de Raymond Carver avec un étrange sentiment de légèreté. »

Daniel Martin, La montagne, émission La dispute, France Culture : « On peut trouver qu'il y a des choses extrêmement naïves ; au fond c'est plus subtil que ça. On est toujours au raz de la vie. […] Un auteur qui mérite largement d'être lu. »

Ariel Wizman, Canal +, émission La dispute, France Culture : « Je découvre que Jean Cagnard est un auteur drôle et n'a pas ce désir des effréné des écrivains surtout récents d'être pris au sérieux à tout prix. Les nouvelles de Jean Cagnard me rappellent un peu la veine de Bernard Quiriny. J'observe une renaissance de la nouvelle presque borgesienne, comme du Henry James concentré. »

Alain Joubert, La Quinzaine littéraire « Avec un humour absurde et amer, un imaginaire habité par la poésie du vertige, des fulgurances d'écriture qui vous plantent là, le cœur battant,avec une grande finesse et une imagination foisonnante, […] Jean Cagnard rejoint par les chemins les plus directs, l'esprit même du surréalisme en ce qu'il a de définitif pour l'entendement humain. Que ceux qui ne le connaissent pas encore lui rendent visite sans plus tarder ! »

Le Courrier de l'Ouest « On y retrouve les curieux moments de nos existences habituées malgré tout à côtoyer l'insolite et l'inattendu. »

L'Alsace « Le pêche jusqu'à la dernière ligne, et la fin dans laquelle l'homme et les poissons repartent du début, ce qui n'est jamais qu'une manière réjouissante de se mordre la queue. »

Notes bibliographiques « Il faut oublier sa raison et se laisser emmener dans un univers que la poésie sauve de la trivialité des vies ordinaires. L'humour est souvent noir, et le style bouscule autant qu'il séduit le lecteur, lequel peut également finir l'histoire comme il l'entend, avec mélancolie ou optimisme.  »

Bibliographie de
Jean Cagnard
  • Plancher japonais - Gaia Editions
  • Grosses joies Gaia Éditions