À paraître

Mai 2018
de Michael Enggaard
Roman traduit du danois par Susanne Juul et Bernard Saint Bonnet
320 pages / 22 € / format 13x22 / ISBN: 978-2-84720-861-0
Littérature générale

Frank tient un atelier de carrosserie depuis qu’il a raccroché les gants. Avec son père, qui l’entraînait, il a éclusé les salles de boxe et enchaîné les matchs. Et puis basta.
Ellen est infirmière à domicile. Discrète, elle est celle qui connaît les intérieurs des maisons, l’intimité et les traumatismes de chacun. Pas forcément pire que les siens. Elle a son franc-parler pour remettre à leur place les râleurs, tout en douceur. Ellen a dit non à la violence il y a longtemps.
Lorsque son père est victime d’un accident, Frank n’a pas d’autre choix que d’hériter de ses dettes… et de ses ennemis.
Il croyait savoir résoudre un problème : à coups de poing.
Sa rencontre avec Ellen pourrait bien tout changer.

« Débordant d’énergie et excellent conteur, Enggaard est drôle, plein d’esprit, aime ses personnages, et file un bel uppercut à la folie de notre époque — joliment réussi ! »
Dagbladenes Bureau

Mai 2018
de Eric Eydoux
384 pages / 23 € / format 13x22 / ISBN: 978-2-84720-854-2
Littérature générale

Le 9 avril 1940, Hitler lance ses troupes à l’assaut de la Norvège. Au petit matin. Sans crier gare. C’est alors qu’un homme sort de l’ombre, Vidkun Quisling. Voilà venue son heure, celle de son rendez-vous avec l’Histoire. Quisling prend le pouvoir et fait allé­geance à Hitler. L’Occupation allemande durera cinq ans.
Aujourd’hui le patronyme Quisling est devenu synonyme de traître, l’anglais allant même jusqu’à forger le néologisme to quisle. Les faits sont là. La haute trahison avérée.
Le chemin de la trahison est le premier ouvrage en langue française consacré à cette période de l’histoire de la Norvège.

Juin 2018
de Herbjørg Wassmo
Roman traduit du norvégien par Luce Hinsch
592 pages / 12 € / format 12x18 / ISBN: 978-2-84720-859-7
Kayak

Nouvelle édition dans la collection Kayak

Cent ans est le roman de trois générations de femmes, leurs vies, les hommes qu’elles voulaient et les hommes qu’elles ont eus, les enfants auxquels elles ont donné naissance.
C’est aussi l’histoire d’une petite fille qui se cache au grenier pour l’éviter, lui. Elle a un crayon jaune qu’elle taille avec son couteau de poche et qui lui sert à écrire.
À survivre.

Juin 2018
de Solja Krapu
Roman traduit du suédois par Max Stadler
256 pages / 10 € / format 12x18 / ISBN: 978-2-84720-855-9
Kayak

Nouvelle édition dans la collection Kayak

Eva-Lena a une vie bien rodée, entre la maison, les trois enfants, le mari et le collège où elle enseigne. Eva-Lena est ultra-organisée. S’impose de programmer des menus équilibrés pour toute la famille, trois cent soixante-cinq jours par an.
Les règles de vie et la rigueur avec lesquelles elle dirige son équipée familiale effraient un peu son entourage. Un vendredi en fin d’après-midi, elle se dit qu’elle pourrait s’avancer pour lundi matin en allant faire des photocopies au collège. Idée lumineuse ! Sauf qu’Eva-Lena se retrouve enfermée dans le local de la photocopieuse.
Pour le week-end. Pour tout le week-end ?

Juin 2018
de Jørn Riel
Roman traduit du danois par Inès Jorgensen
592 pages / 12 € / format 12x18 / ISBN: 978-2-84720-860-3
Kayak

Nouvelle édition dans la collection Kayak

L’enfance, l’adolescence et les premiers émois d’Agojaraq, entouré de sa nourrice et de ses cinq pères possibles, dans le Grand Nord Canadien. Il y a Louis, le cuisinier français ; le père Brian, escroc devant l’éternel ; Ivitaq le vieux chaman un peu dépassé par l’évolution des mentalités.

Juin 2018
de Jonas Gardell
Roman traduit du suédois par Jean-Baptiste Coursaud et Lena Grumbach
848 pages / 13 € / format 12x18 / ISBN: 978-2-84720-849-8
Kayak

Nouvelle édition dans la collection Kayak
Prix Libr'à Nous 2017 – catégorie roman étranger

1982. Rasmus vient d’avoir son bac et quitte la Suède profonde pour la capitale. À Stockholm, il va pouvoir être enfin lui-même. Loin de ceux qui le traitent de sale pédé. Benjamin est Témoin de Jéhovah et vit dans le prosélytisme et les préceptes religieux inculqués par ses parents. Sa conviction vacille le jour où il frappe à la porte d’un homme qui l’accueille chaleureusement, et lui lance : « Tu le sais, au moins, que tu es homosexuel ? » Rasmus et Benjamin vont s’aimer. Autour d’eux, une bande de jeunes gens, pleins de vie, qui se sont choisis comme vraie famille. Ils sont libres, insouciants. Or, arrive le sida. Certains n’ont plus que quelques mois, d’autres quelques années à vivre.
Face à une épidémie mortelle inconnue, toutes les politiques sociales ou sanitaires du « modèle suédois » échouent. Les malades séropositifs sont condamnés à l’isolement et à l’exclusion.